Hanoi : perte des backpacks

Après la Chine, nous avons continué notre voyage direction le Vietnam et sa capitale !! (oui on a pris un peu de retard, mais promis, on va essayer de rattraper tout ça) ^^

Nous sommes arrivés à l’aéroport de Shanghaï excités de découvrir le Vietnam qui nous a toujours attirés, mais aussi un peu déçus de quitter la Chine aussi vite.

Nous filons vers l’enregistrement de nos bagages, allons fumer une dernière clope, et passons en salle d’embarquement après avoir dû nous séparer de nos deux briquets Bic, et s’être presque mis à poil… enfin bon c’est compréhensible avec tout ce qui se passe dans le monde mais R.I.P. aux Bic quand même. Lol ! Nous nous faisons une petite box de nouilles avant d’embarquer à 13h30, puis on se rend à la porte et c’est la qu’on se rend compte que l’embarquement est retardé d’une demi-heure. On patiente tranquillement en écoutant les chinois faire du karaoké sur leur smarphone, et on se dit que le transit va être court quand même, sachant qu’on n’avait qu’une heure à la base. Nous demandons au personnel à terre si ils pensent qu’on pourra avoir notre vol malgré le retard et ils nous répondent que oui, il n’y aura pas de souci… on embarque un peu rassurés des belles paroles du personnel. 14H30 ça y est l’avion a enfin eu l’autorisation de décoller. Nous regardons l’heure et là on se dit que c’est fichu pour la correspondance. J’appelle l’hôtesse et lui fais part de notre problème par rapport au retard et elle me confirme qu’en fait ça ne va pas être possible pour la correspondance et qu’il faudra qu’on aille voir le personnel à terre pour prendre le prochain vol. Ca nous soûle un peu mais on relativise, on se dit que le duty free de Hong Kong est super et que du coup on pourra peut-être flâner dedans un peu plus. 17H15 enfin je crois apercevoir Hong-Kong de mon hublot une lueur d’espoir me fait espérer que peut- être on arrivera à avoir notre correspondance de 17H30. C’est short mais faisable… Mais malheureusement l’avion n’a pas l’air de pouvoir se poser : nous tournons en rond on monte on descend, et le co-pilote nous averti que le trafic aérien est saturé, et qu’on a pas de place pour atterrir. Il est 17H50 quand l’avion se met à descendre soudain. Il a eu l’autorisation d’un court instant pour pouvoir atterrir. Vu l’heure on sait que c’est mort, que notre avion a dû décoller il y a 20 minutes déjà. Nous ne sommes pas les seuls à avoir des correspondances, mais nous sommes les seuls à aller à Hanoi dans notre vol. On sort de l’avion et c’est très étonnés qu’on constate qu’une hôtesse nous attend avec une pancarte et le numéro de notre vol pour Hanoi. Nous la suivons : elle nous fait prendre des raccourcis, et nous traversons l’aéroport en 10 minutes. Je ne sais pas vraiment comment nous arrivons devant notre avion, mais il nous attend pour décoller et l’hôtesse est rassurée de voir qu’on l’a eu. Avant de monter on lui demande pour nos backpacks, s’ils seront dans l’avion car vue la vitesse à laquelle on a traversé, je me doute bien que les backpacks n’auront pas fait aussi vite. Elle nous répond que oui c’est bon ils seront dans l’avion. Nous montons, pas très sereins, mais on n’a pas vraiment le choix ; on trouve nos places et là nous voyons des valises se faire charger juste avant qu’on décolle : on se dit que c’est bon, nous voilà rassurés. L’avion décolle et c’est parti direction Hanoi. Nous sommes contents d’avoir réussi à avoir notre vol malgré tout. 20H ça y est le trajet est fini, et nous voila sur le sol vietnamien. La hâte de le découvrir nous saisit, nous descendons, traversons l’aéroport direction l’immigration. Après avoir fait la queue et avoir eu nos visas et nos tampons valables pour un mois, nous nous dirigeons vers le tapis : il ne reste que quelques valises, mais pas de backpacks à l’horizon. Le stress monte ; on dit à une hôtesse qu’on ne trouve pas nos sacs, elle nous dit de nous diriger au comptoir des bagages perdus : il est 21H. Nous n’avons rien avec nous à part nos bagages à main qui ne contiennent que notre électronique (heureusement c’est le plus important). On sort donc nos fameux petits codes barres, et la femme très gentille les scanne. On ne s’énerve pas, on se dit que c’est comme ça… elle nous annonce qu’ils sont à Hong-Kong : elle les voit sur son ordinateur. Elle nous explique qu’ils arriveront le lendemain à 9h dans le prochain vol, et qu’un pick-up nous les déposera à notre hôtel. Un peu soûlés mais rassurés de ne pas avoir à retourner à l’aéroport, il est 21H30 et on sort enfin de l’aéroport.

On trouve un mini bus qui nous propose 8$ pour deux pour nous déposer au hold city devant notre auberge qui se trouve à 30km. Ce soir on n’a pas envie de marcher on a déjà bien galèré, alors on va payer. 22H30 le mini bus est enfin plein et se décide à partir. Heureusement qu’un jeune couple d’anglais attendait aussi le départ de ce mini bus, ça nous a permis de discuter et de bien rigoler. Ils nous apprenaient l’anglais et on leur apprenait un peu le français, ça nous a passé le temps, et ça nous a permis d’arrêter de ressasser. 23H30 on est arrivés à notre auberge : on leur explique pour nos affaires et on file se coucher un peu fatigués du voyage, mais surtout en ayant hâte à demain et voir si nous allions retrouver notre maison pour 1 an. 11H le matin, on descend à la réception et demandons s’ils sont arrivés. Ils nous donnent la réponse que je ne voulais pas entendre. On leur demande d’appeler la compagnie afin de savoir à quelle heure ils vont arriver. Finalement c’est 19H, là c’est vraiment chiant on n’a rien comme affaires de toilette ni comme fringue de rechange. On décide de ne pas rester ruminer et les attendre, ça ne changera rien. On part donc visiter un peu Hanoi, mais sans grande motivation, car dur d’oublier qu’on n’a pas nos backpacks. 15H30 on se pose à un café avec de la wifi ; je regarde sur le site de la compagnie où en sont nos bagages : rien n’a changé. Là j’en ai plus que marre. On appelle donc le bureau des bagages perdus, et là ils nous expliquent que nos bagages sont arrivés à Hanoi ce matin, et qu’ils devraient être à l’hôtel à cette heure-là et qu’ils vont appeler l’hôtel pour être surs. Gros stress, on s’empresse de retourner voir si ils sont à l’hôtel et en arrivant devant la réception on aperçoit nos beaux backpacks.
Hallelujah ! c’est donc soulagés que nous partons nous doucher. On ne se voyait pas devoir tout racheter…

Une aventure qui finit bien, c’est le plus important ! et puis on n’a rien dû avoir à racheter et ils sont arrivés plutôt rapidement : plus de peur que de mal.

Alors si on avait un conseil à vous donner ne prenez pas de transit de moins de 3h : c’est trop court.

Pensez toujours à prendre un minimum dans votre bagage à main : brosse à dents et sous-vêtements.

Ca peut vraiment dépanner dans des cas comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *